Lettre d'info

Appel à mobilisation contre le projet de mines d'or

Premier appel à mobilisation contre le projet de mines d'or par le CADE et l'association Stopmines-eh : le 10juin, 18h, St Pée au fronton ! Il faut frapper fort dès le début !

L'appel fait suite à la tenue d'une réunion par Sudmine ce jour là, réunion dite « Commission Locale Concertation et de Suivi ». Sont invités les élus, services de l'état, Medef, CCI, bijoutiers, associations, représentants d'agriculteurs etc... (la liste est longue). L'objet de cette réunion serait de signer avec Sudmine un "Contrat Social Minier" en présence de la presse !

Cette réunion est une mascarade, une tentative de coup de pub de Sudmine qui agit comme si son permis était accordé pour forcer la main à une décision qui n'est pas prise. Non seulement le permis n'est pas accordé, mais en plus tous les élus consultés se sont positionnés contre, de même que le ministre de l'agriculture. Ces avis ne sont cependant que consultatifs.

Si le permis de recherche d'or était accordé, ce genre de réunion aurait de toute façon lieu, mais à l'initiative de la préfecture. D'ailleurs, les services de l'état ont fait savoir qu'ils n'iraient pas à l'invitation de Sudmine.

Pour montrer l'opposition à ce projet, pour montrer que nous sommes attachés à maintenir nos terres propices à une agriculture de qualité, et notre eau dénuée de pollution, l'association Stopmines-eh et le CADE appellent à un rassemblement massif le jour de cette réunion, le 10 juin, St Pée-sur-Nivelle, 18h au fronton.

Ce rassemblement sera suivi d'une réunion publique à 20h, au lycée Saint Christophe de St Pée.

À tous les adhérents

Tout d'abord merci pour votre soutien et votre enthousiasme à nous soutenir, grâce à vous nous atteignons la centaine d'adhérents. Plus nous serons nombreux, plus notre voix contre ce projet sera entendue par le ministère de l'économie et Sudmines.

Voici maintenant la petite gazette de ces dernières semaines.

Sudmine vs Stopmines EH

Article paru sur le site Mediabask.eus du 22/04/2016

Alors que Sudmine poursuit une communication très policée sur son projet minier, Stopmines EH entend bien démontrer que la recherche d'or a bel et bien du plomb dans l'aile au Pays Basque.

Le communiqué signé Sudmine date du 27 mars dernier et s'intitule : "Kanbo : l'or du pays". De l'art de faire prendre des vessies pour des lanternes selon l'association Stopmines EH. Thierry Michel, son président, confie même s'y être repris à deux fois dans sa lecture tant les éléments de langage utilisés, "circuits courts", "activité nouvelle et durable", "sous-traitance locale", pourraient laisser croire à une alternative écolo.

Agriculture, tourisme et thermalisme en danger

Article paru dans le journal Sud Ouest du 10/02/2016.

La réunion publique contre les mines d'or a eu lieu à Cambo, vendredi dernier à 20 h, dans la salle Larrezkena. Plus de 140 personnes se sont retrouvées...

La réunion publique contre les mines d'or a eu lieu à Cambo, vendredi dernier à 20 h, dans la salle Larrezkena. Plus de 140 personnes se sont retrouvées pour faire un état des lieux et découvrir la nouvelle association Stopmines-EH qui est née. Elle s'est constituée par le regroupement de personnes mobilisées après les trois premières réunions publiques impulsées par le Cade sur le projet de la société Sudmine. Elle veut inscrire son action dans la durée, informer le plus largement possible la population contre les dangers de ces projets afin de contrer la menace représentée par Sudmine et s'y opposer.

Discrètement, les projets de mines se multiplient en France

Article paru sur le site reporterre.net, le 9 février 2016

Le sous-sol français excite les intérêts d’entreprises dont les permis de recherche se multiplient. Dans les régions concernées, les habitants croient d’autant moins au concept de « mine responsable » que les projets se montent dans l’opacité. La mobilisation grandit.

Bienvenue dans le sud de la France, à une vingtaine de kilomètres de Carcassonne : Salsigne, sa mine, fermée en 2004, et son bassin minier, pollué pour quelques milliers d’années. Ici, on a extrait de l’or et de l’arsenic pendant des décennies. Aujourd’hui, 600.000 tonnes de déchets sont stockées sur place. Impossible pour les habitants de manger les légumes de leurs jardins car les teneurs en arsenic du sol sont trop élevées. Et la liste des désagréments est longue : la commercialisation des légumes est interdite depuis 1997, on déconseille aux enfants de jouer dans la terre et de se baigner dans les rivières, il vaut mieux changer de chaussures pour entrer chez soi et laver le sol régulièrement...

Lire la suite sur leur site